PETITION: Pour que aucun étudiant ne soit lésé suite à l’annulation d’un examen d’anglais à l’UT2J

Le syndicat étudiant UNEF appelle à un rassemblement devant le Conseil d’Administration de l’Université lors de sa prochaine réunion ayant lieu Mardi 26 mai à 12h derrière le « château » (bâtiment de l’administration)

Retrouvez le lien de l’événement Facebook du rassemblement ici

En attendant vous pouvez signer la pétition et la partager autour de vous !

[emailpetition id= »5″]

Examen annulé à l’université Jean Jaurès : Les étudiantes et etudiants ne doivent pas être pénalisés par une erreur de l’administration !

Jeudi 21 mai un examen de l’université Jean Jaurès a été annulé à cause d’une erreur technique d’organisation. Depuis 2 jours plusieurs médias locaux et nationaux relaient des informations non vérifiées sur cette situation. Suite à un entretien avec le président de l’université Jean Jaurès M. Minovez, l’UNEF a pu se renseigner sur la situation réelle.

En effet suite à une erreur de réservation de salle, l’examen ANPO (Anglais) s’est retrouvé en même temps et dans la même salle que l’examen du DAEU. L’université a décidé de faire passer l’examen du DAEU et d’annuler celui d’anglais. Cette annulation concerne entre 400 et 600 étudiants maximum.

Une solution de validation automatique proposée par l’université

La solution de l’université proposée aux étudiants est la suivante :

–  La note de cette matière doit être composée d’une note de CC (Contrôle continu) et d’une note de CT (Contrôle terminal). Face à cette situation l’université a donc annulé l’examen permettant aux étudiants d’avoir leur note de CT. Dans ce cas une validation automatique de cette matière donne 10 à tous les étudiants en supprimant les notes du CC.

– De plus si les étudiants souhaitent passer aux rattrapages ils peuvent le faire et leur note sera prise en compte uniquement si elle est supérieure à 10.

Une solution incomplète

Cette solution pose les problèmes suivants :

– Elle ne prend pas en compte l’évaluation des CC car cette note est tout simplement supprimée au profit de la note collective de 10.

– Elle oblige les étudiants qui souhaitent avoir une note supérieure à 10 à passer les rattrapages. Ce qui peut être discriminant pour leur poursuite d’étude, car cela sera stipulé sur leur dossier pédagogique.

Face à cette situation l’UNEF demande que la solution de l’université soit améliorée afin qu’aucun étudiant ne se retrouve pénalisé, suite à cette erreur dont la responsabilité repose uniquement sur l’établissement. Le président de l’université M. Minovez affirme qu’il mettra tout en œuvre dans le respect de la règlementation ainsi que des contraintes techniques existantes afin qu’aucun étudiant ne soit lésé suite à cette annulation.

L’UNEF revendique :

– La prise en compte de la note de CC comme note final à cette matière si elle est supérieure à 10 et la note automatique de 10 si la note du CC est inférieur à 10.

– Qu’il ne soit pas spécifié dans le dossier de l’étudiant qu’une note supérieure à 10 obtenue aux rattrapages a été obtenue par ce biais.

Retrouvez notre page Facebook pour suivre la suite de cette mobilisation : Pour que personne ne soit lésé suite à l’annulation de l’examen d’ANPO

Fichier du communiqué de presse : CP UNEF Toulouse – Examen annulé à Jean Jaures 24-05-2015

L’Université Paul Sabatier refuse de voter son budget !

Ce lundi 15 décembre 2014 le conseil d’administration de l’université Paul Sabatier devait voter son budget. Au même moment a eu lieu un rassemblement devant le CA contre l’austérité dans le budget de l’enseignement supérieur, rassemblement organisé par l’intersyndicale de l’UPS. Le rassemblement a pu entrer dans le CA afin d’exprimer les inquiétudes des personnels et étudiants sur un budget de l’université largement insuffisant et a appelé à voter contre le budget ou à le reporter. Le rassemblement a laissé le CA débattre du budget. Le CA de l’UPS a décidé à l’issue de ces débats de reporter le vote de ce budget car insuffisant et par manque de garantie de la part de l’Etat.

Report du budget de l’université : un signal politique fort

Le CA de l’UPS, par ce report du vote du budget, en accord avec la mobilisation de l’université, envoie un signal politique fort au gouvernement sur le manque de moyens à l’université Paul Sabatier. Le CA a joint à cette décision une motion (ci-joint en bas de l’article).

En effet depuis les dernières semaines nous avons assisté à un aller-retour du gouvernement sur le budget des universités : l’annonce d’un budget en baisse par rapport à l’inflation, le vote des députés qui ampute de 70 millions d’euros le budget de l’ESR et l’annonce de François Hollande de revenir sur cette coupe budgétaire jette un flou sur la priorité de ce gouvernement.

Une mobilisation toulousaine qui prend de l’ampleur :

Après l’envahissement du CA budgétaire de l’IEP de Toulouse, le vendredi 5 décembre, par des étudiants, pour protester contre la hausse des frais d’inscription, l’envahissement du CA budgétaire de l’université Jean Jaurès contre le désengagement de l’état et le report du vote du budget de Paul Sabatier, aujourd’hui, la situation budgétaire des établissements publics de la ville de Toulouse est de plus en plus tendue.

L’UNEF demande au rectorat de répondre aux revendications des mobilisations des étudiants et des personnels sur les questions budgétaires des établissements publics de Toulouse.

L’UNEF demande un investissement dans le budget de l’ESR pour les universités toulousaines en particulier pour l’UT2, l’UT3 et l’IEP.

Motion voté à l’unanimité lors du CA de l’université sur le report du vote

Mobilisation au Mirail : l’UNEF appelle les étudiants à continuer la mobilisation pour défendre leurs conditions d’études

Jeudi 20 novembre s’est déroulé un blocage de l’université Toulouse 2 Jean Jaurès ainsi qu’une Assemblée Générale Etudiante.

La mobilisation doit continuer !

Confrontée à une forte augmentation du nombre d’inscrits cette année (Plus de 40% dans certaines filières), l’université a été forcée de fermer les inscriptions plus tôt que prévu afin de limiter le nombre étudiants.

C’est dans ce contexte de restriction budgétaire où les jeunes sont précarisés et où ils payent le désengagement de l’état à cause du sous financement des universités que les étudiants de Jean Jaurès se sont mobilisé lors des 3 dernières semaines en AG.

Depuis la mort de Remi Fraisse, le climat entre les jeunes et le gouvernement se dégrade. Le gouvernement porte une part de responsabilité importante dans cette dégradation, en répondant aux inquiétudes des jeunes par la répression policière.

Alors que l’assemblée nationale vient de voter une nouvelle baisse du budget des universités pour l’année 2015, l’UNEF appelle les étudiants de Jean Jaurès à se mobiliser jusqu’à la journée nationale contre les restrictions budgétaire dans l’enseignement supérieur, jeudi 11 décembre. Nous refusons que nos études et notre avenir soient sacrifiés au nom de l’austérité budgétaire !

L’UNEF condamne les dégradations dans l’université

Lors du blocage ont eu lieu d’importantes dégradations des locaux de l’université ainsi que le local de l’UNEF. En effet, des individus se sont introduits dans la partie bloquée de l’université et y ont vandalisé les salles de cours et bâtiments. Ils se sont introduits dans notre local en y cassant les vitres et saccageant l’intérieur.

L’UNEF condamne fermement ces actes de dégradation et de violence qui sont contre-productifs pour la mobilisation étudiante.

Suite aux dégradations de ce jeudi, l’UNEF s’est prononcée contre le blocage de l’université pour le mardi 25 novembre.

L’UNEF appelle à continuer et a massifier la mobilisation pour défendre nos conditions d’études via d’autre modalités d’action à partir de mardi prochain.