Ecole Européenne de Droit : Ou comment sélectionner les étudiants à l’Université Toulouse 1 Capitole !

L’UNEF dénonce le vote encouru mardi 16 décembre 2014 au Conseil d’administration de l’Université Toulouse 1 sur la création d’une école européenne de droit qui vient d’être votée avec l’opposition de tous les élus étudiants du CA.

Le rôle de l’université n’est pas de sélectionner sur des facteurs discriminants

L’Université Toulouse 1 Capitole par ce vote décide de sélectionner sur des critères discriminants ses étudiants.

En effet, l’exigence d’un niveau de langue bilingue à l’entrée de cette école est un facteur lourdement discriminant : toutes les familles n’ont pas les moyens financiers de permettre à leurs enfants des stages linguistiques ou des cours particuliers. De fait, sélectionner les étudiants sur leur niveau en langue à l’entrée de cette école est socialement discriminant.

De plus, en fixant un tarif de 750€ l’année de formation pour le seul diplôme universitaire actuellement présent dans cette école, s’ajoute à la discrimination sociale une discrimination financière : Tous les étudiants n’auront pas les moyens d’accéder à ce diplôme.

L’école européenne : Une école antidémocratique ?

Alors que l’ensemble des composantes des universités sont démocratiques et disposent d’élus étudiants, l’école européenne de droit est une instance qui ne dispose d’aucun élu ou représentant étudiant. De plus l’instance dirigeante de cette école le « COS » pour Comité Stratégique d’Orientation ne dispose d’aucun membre élu mais nommé par le président de l’Université. Ainsi, le pouvoir se concentre dans les mains d’une  personne, balayant les notions de démocratie et de représentativité, ce qui est à l’opposé de toutes les valeurs qui forgent l’enseignement supérieur français et de façon générale le service public. La création de cette école tend à rapprocher les universités des établissements privés.

Une sélection masquée par des critères jugés objectifs et une gestion de l’institution des plus opaques ne sont pas une solution pour l’enseignement supérieur français, et vont à l’encontre des logiques de démocratie et de transparence.

L’université ne doit pas se scinder en un parcours à deux vitesses ainsi, l’Université Toulouse 1 Capitole avec le vote de ces statuts est en train de créer un fossé qui accentuerait les discriminations sociales préexistantes à l’entrée dans l’enseignement supérieur.

L’UNEF interpelle le ministère de l’ESR sur la transformation que cette école opère sur l’université Toulouse 1 Capitole qui crée une université à deux vitesses.

L’UNEF dénonce ce système élitiste, discriminant et opaque que met en place l’Université Toulouse 1 Capitole !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *